Pierre SAVARY, custos (ou bedeau)

Publié le par GOUPIL Stéphane

Pierre SAVARY voit le jour avant 1767.
Il est le fils légitime de parents non connus.

Pierre SAVARY est en vie le 1 novembre 1787, il a 20 ans au moins.

Pierre SAVARY est en vie le 8 septembre 1791, il a 24 ans au moins.

Les autres informations connues sont :
- Branche : Ozanne

Il est le parrain de :

Jeanne MARIE qui est née le jeudi 8 septembre 1791 à Saint-Ébremond-de-Bonfossé (50465).
Elle est la fille légitime de Louis MARIE, journalier, âgé de 15 ans environ et de Marie DOUBLET, fileuse, âgée de 15 ans au moins.
Sont présents : Pierre SAVARY (Parrain) grand mère, Magdeleine PERRON (Marraine) grand mère.
00243 MARIE Jeanne AB 1791 - mairie de st ebremont - acte de baptême - (Photocopie) (source 1).
 
Les autres informations connues sont :
- Branche : Ozanne

Texte des sources

acte de baptême de Jeanne Marie

Aujourd'huy neuf è jour de septembre mil sept cent
quatre vingt onze, par nous curé de St Ebremond de
Bonfossé soussigné a été baptisée une fille née
d'hier, laquelle nous a été présentée par Magdelaine
Perron femme de Jean Baptiste Doublet de la parroisse
de Cerisy la salle, laquelle nous a déclaré l'enfant
être sorti des oeuvres de Marie Doublet sa fille demeu-
rant en qualité de servante chez Sr Delahaye
laboureur de cette parroisse et ledit enfant a été
nommé Jeanne Marie par Pierre Savary custos
de cette parroisse assisté de la Sre Magdeleine Perron
parrain et marraine tous deux avec les temoins

 

 

 

Pierre SAVARY était donc CUSTOS en l'église de Saint-Ébremond-de-Bonfossé (50465).

 

Autour du curé pouvaient graviter de nombreux assistants comme :

 

-         le vicaire qui était le plus proche des collaborateurs de l’homme d’église. Il le secondait dans la célébration du culte et l’administration des sacrements.

-         Le diacre, après avoir été sous-diacre, était habilité à baptiser, marier, prêcher lors des eucharisties et distribuer la communion.

Ces deux métiers faisaient parti de la hiérarchie des hommes d’église (par ordre décroissant dans la hiérarchie).

 

 

 

 

Les bedeaux (ou custos) qui étaient des hommes estimés dans leur paroisse et garant de la sécurité de l’église.

 

Leur mission « de police » leur valait parfois le nom de « sergent d’église », pour empreinter un langage militaire. Dans le même esprit, le vicaire se faisait appeler « lieutenant » et le curé « capitaine ».

 

Ce « chasse Dieu » (chasseur au service de Dieu) pouvait prendre parfois son rôle trop au sérieux et en jouer pour imposer, notamment vis-à-vis des enfants de chœur et de la chaisière.

 

C’était de toute manière une profession respectable et estimée.

 

 

Vous pouvez consulter d'autres articles consacrés aux "métiers de nos ancêtres" comme :

- Aimé OZANNE, ouvrier aux mines de Littry (14)

- MORICET, père et fils, meunier à Percy (50)

- Michel LABARBE, vannier à Remilly sur Lozon (50)

- LES COPLO, cordier de père en fils dans le Cambrésis (59 et 62)

- FONTAINE Louis, marchand de bestiaux à Pleslin (22)

- MONGREDIEN Jacques, marneron

- Les FABRICANTS DE ROUENNERIE

- MESNIL Louis Casimir, sonneur journalier en l'église d'Amfreville la Campagne (27)

- Marie Rose GARNIER, carapaçonnière à St Sylvain (14)

 

  

Parmi les autres professions gravitant autour du curé (exercées par des civils), il y avait les marguilliers (ou fabriciens) qui assuraient la gestion des revenus de la paroisse, et…

Dans le vocabulaire latin :

Il se disait autrefois, dans les Universités, de Certains officiers subalternes chargés de fonctions à peu près semblables. Le premier bedeau de l'université. Aujourd'hui on emploie, dans le même sens, le terme d'Appariteur.

 

CUSTOS, ODIS, m. gardien. En fait, cela signifie le gardien de l’église donc le bedeau.

BEDEAU. s. m. Bas officier d'une église, portant verge ou masse: il a pour fonction principale de marcher devant les ecclésiastiques, devant les quêteurs, etc., et de leur faire faire place. Un bedeau de Saint-Eustache. Le bedeau marche en tête des processions.

Suivant la définition du :

 

 

BEDEAU. s. m. (Page 1:177)

Dictionnaire de L'Académie française, 6th Edition (1832-5)

soussigné

magdelaine Perron
P Savary
Ph Savary
Delahaye
J Guesnon
 

Commenter cet article