Une sage-femme non jurée

Publié le par GOUPIL Stéphane

sage-femme.jpgDans un acte de ma généalogie, j'ai relevé le métier de SAGE-FEMME NON JUREE. Après avoir effectué des recherches j'en déduis que c'est une sage-femme qui n'a pas prêté (ou juré) "le serment accoutumé" des sages-femmes devant le curé du lieu, après avoir été reçue par le juge de police.

Sourcehttp://www.agam-06.org/Journal/Etre%20sage-femme%20au%2018e%20siecle.pdf

"C'est donc une simple « femme qui aide »

Dans cet univers féminin où les hommes sont absents, la figure qui s’impose est celle de la sage-femme traditionnelle, appelée la matrone. En dépit de l’importance sociale et rituelle de sa fonction, il s’agit d’une femme âgée et habituellement veuve, de basse condition. Modeste, elle n’exige pas de gages. A la campagne encore plus qu’à la ville, elle est peu rétribuée, le plus souvent symboliquement, en nature, selon l’aisance du ménage. Son assistance est informelle: c’est un service rendu pour soulager la «femme en travail», par une femme charitable qui s’est vue reconnaître une certaine autorité en la matière. Ce n’est pas une profession, elle n’a d’ailleurs pas reçu de formation au sens strict. Son art, elle l’a appris «sur le tas», parfois par le hasard d’un service rendu fortuitement (la voisine accouchant la voisine), mais en règle générale elle l’a recueilli oralement et empiriquement en suivant les traces d’une matrone plus vieille et expérimentée."

(source : 

 

http://www.suite101.fr/content/laccouchement-la-sage-femme-et-leglise-autrefois-a14692)

 

En complément, voici le Mémoire très complet, présenté et soutenu par Sandrine BEAU, en vue de l’obtention du diplôme d’état de Sage-femme : http://www.ansfl.org/medias/doc/090509-MemoireSandrineBeauz.pdf

 

Commenter cet article