Les aphrodisiaques de la Pompadour

Publié le par GOUPIL Stéphane

Mme de Pompadour par F. BOUCHER (1750)

Mme de Pompadour, favorite, pour tenter de s'échauffer dans le lit du roi Louis XV, lequel la traite gentiment de "macreuse" (oiseau aquatique réputé à sang froid), parce qu'elle manque de tempérament, privilégie des recettes comme le chocolat vanillé, les truffes et les potages au céleri. Ces stimulants naturels s'avèrent insuffisants, et elle voit s'altérer sa santé, au point que son médecin lui conseille un jour "de ne plus remplir les devoirs de son état", ce qui, pour une favorite, ne va pas sans péril... Elle a alors l'idée de s'adresser à un magicien très prisé à la cour, le comte de Saint-Germain. On l'appelle "l'homme qui ne peut pas mourir", parce que, grâce à son elixir de longue vie, il prétend avoir connu le Christ et la reine de Saba ! Mme de Pompadour lui demande discrètement un aphrodisiaque pour faire bonne figure sur l'oreiller royal. Le comte de Saint-Germain lui procure une drogue miraculeuse... qui vaut à la malheureuse une éruption de boutons sur tout le visage !

Source : "Les Anecdotes de l'histoire de France" - Pierre Ripert - maxipoche histoire

Vous pouvez consulter, en complément de ce texte, l'article déjà paru :

La paternité brûlante du roi Stanislas

L'embaumement de Louis XV

Vous pouvez consulter d'autres articles encore, dans la rubrique "histoire - généralités, comme :

Le gros ventre de Guillaume le Conquérant

Le roi François 1er et le cocu

Henri IV en chiffres

Les campagnes d'Henri IV en Normandie

La fontaine du roi - Henri IV, 1595

Les ongles de Pascal

La Révolution par la débauche

Les violons des bals après la tourmente révolutionnaire et durant les guerres de l'empire

La tabatière de Louis XVIII

 

Commenter cet article