Le docteur Vingtrinier et les mineurs de justice

Publié le par GOUPIL Stéphane

Cet article a été publié dans le numéro 3 de la revue Trames en 1998.

 


trames-3_couv-2-0b429-copie-1.jpg« Des enfants, qui sont presque toujours ceux du pauvre, sont évidemment plus malheureux que coupables, et l’on peut invoquer en leur faveur plus d’une circonstance atténuante »

A.-B. Vingtrinier, Des enfants dans les prisons et devant la justice [1], 1855.

la suite de cet article sur le site CRIMINOCORPUS

Commenter cet article