DSK, nouveau cygne noir ?

Publié le par GOUPIL Stéphane

DSK.jpgDSK menotté. DSK mal rasé, hagard. DSK poussé dans une voiture-pie du NYPD. DSK enfermé dans la sinistre île-prison de Rykers Island. Ces images tournent en boucle sur nos écrans et provoquent un effet de "sidération", mot souvent repris sur les différents médias. Certes, on savait l'homme très porté sur le jupon, certes des mises en garde, très isolées, avaient été émises sur son comportement et les incidences que celui-ci pouvait avoir dans un pays comme les USA. Nous savons fort bien, hélas, que l'attrait du pouvoir est tel qu'il déclenche des batailles féroces, des coups tordus, des rebondissements inattendus. On pouvait dès lors facilement imaginer que des révélations, des "fuites" sur d'éventuelles frasques sexuelles de DSK apparaissent dans les journaux une fois celui-ci déclaré. Mais entre des fuites dans la presse et le passage dans une geôle US sous les regards des caméras du monde entier, il y a un grand écart. Et entre un séducteur trop empressé et un agresseur sexuel aussi. Personne ne pouvait s'imaginer que la Roche Tarpéienne serait si près du Capitole (sans jeu de mot) pour DSK et que le chemin serait celui-ci. Outre le destin de l'homme, les répercussions sont nombreuses et surtout imprévisibles. Sur le plan de la politique intérieure française, cela change la donne de l'élection et pourrait modifier la politique économique de notre pays pour 5 ans (que le candidat de droite ou de gauche soit au final élu). A l'international, le FMI se trouve privé de son charismatique leader à un moment où les périls sont nombreux. John Lipsky, qui remplace DSK au pied levé mais est partant dans 4 mois, saura-t-il mener la barque du FMI avec autant de fermeté que DSK ? Ne risque-t-il pas d'être moins "intéressé" par les crises de la dette souveraine en Europe que ne l'était son français de prédécesseur ? Et cette crise ne va-t-elle pas rompre l'équilibre né de Bretton Woods qui voulait qu'un européen préside le FMI (quand un américain préside le Banque Mondiale) ? Ce pourrait être l'occasion pour les pays émergents de s'engouffrer dans la brèche. Un événement totalement inattendu donc (en tout cas sous cette forme), aux répercussions importantes et difficilement prévisible et que l'on tente de rationaliser à posteriori. Tous les attributs de ce que l'on nomme "un cygne noir"...

Voir la suite de cet article sur le blog de Libération : 

http://resultat-exploitations.blogs.liberation.fr/finances/2011/05/dsk.html

 

Commenter cet article