Le patronyme GOUPIL

Publié le par GOUPIL

GOUPIL, var. orthogr. Goupy, re-nard, matronyme Goupille.

Voir notre généalogie : http://gw1.geneanet.org/index.php3?b=sggoupil&lang=fr;m=N;v=goupil

Goupil étant au Moyen Age le mot qui désignait le renart, il a été donné comme surnom à un homme rusé (sobriquet), habile comme le renard.

Actuellement, on recense plus de 1700 porteurs de ce nom dans la région Loire-Atlantique, de 900 à 1700 en Île-de-France et en Bretagne, de 400 à 900 en Haute Normandie,  Basse Normandie et région Centre et de 200 à 400 en Poitou-Charente. 

Autres formes : Goupillet, Goupillon, matronyme Goupillote  (Bourgogne). On recense actuellement des Goupille (630, Sarthe), Goupillère (130, Côtes-d'Armor), Goupy (1180, Yvelines)...

Les noms des héros du « Roman  de Renart » ont pu être repris par une analogie avec l’animal. Et le plus célèbre est naturellement le super-héros, ce rusé « goupil » auquel on donne ici le prénom de Renart, et qui le conservera pour toujours. De ce jour, l’homme rusé pourra donc se voir appeler Renart plutôt que goupil.

Renart et Renard embarrasseront toujours au niveau de l’étymologie, en ce sens qu’ils peuvent aussi avoir été le prénom transmis héréditairement. En revanche, les formes alsaciennes Fuks et Fuchs, celles du Nord et de l’Est, Volf, Wolf(f), Volpert, Voltz, Devos, enfin la forme archaïque de Goupil, Legoupil, Volpil et Goupy se réfèrent bien toutes à l’animal rusé, sans doute comme l’ancêtre ainsi surnommé.

Nos Goupil sont originaires de la région d’Emanville (27), entre Le Neubourg et Conches-en-Ouche.

Les Goupil célèbres :

Il avait Van Gogh comme commis... L'éditeur d'estampes Adolphe Goupil (1806-1893) fonda en 1827 les "galeries d'art Goupil" qui ouvrirent en 1862 des succursales à Londres, Berlin et New-York. Il inventa aussi un procédé de gravure appelé le goupillage. IL employa quelques temps le peintre Vincent Van Gogh comme commis mais le renvoya. Adolphe Goupil sut en revanche prendre le virage industriel et se lança dans la photogravure. Il eut cinq enfants : Albert (1840-1890), qui prit sa suite ; Jules-Adolphe (1839-1883) et Léon-Lucien (1834-1890), tous deux peintres ; une fille qui épousa lepeintre Gérome, une autre le peintre Léon Cléry. L'art était véritablement là une affaire de famille !

Une "grande araignée" jacobine. Religieuse avant la Révolution, Marie-Marguerite-Françoise Goupil quitta le couvent en 1791. Décrite physiquement comme une "grande araignée", laide et maigre mais pourvue de beucoup d'esprit, elle s'attacha avec enthousiasme à Robespierre et à Jacques Hébert, rédacteur du Père Duchesne, qu'elle épousa - ce qui lui valut le surnom de "mère Duchesne". Arrêté en 1794 avec les Hébertistes, elle fut guillotinée avec eux?

Le saviez-vous ? Une Léocardie-Victoire Goupil (1837-1951), née à Boudeville en Seine-Maritime, est l'arrière-grand-mère du champion de football Just Fontaine qui détient toujours depuis 1958, le record du plus grand nombre de buts (13) marqués en tournoi final de Coupe du Monde.

Voir notre article sur Montaure qui est le fief des GOUPIL contemporains : http://admin.over-blog.com/admin-article.php?a=2&recherche=&page=&filtre=&tri=0&Id=584774

Nos sources :

Dictionnaire étymologique des noms de famille, de M.T Morlet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article