La fée d'Argouges

Publié le par GOUPIL Stéphane

Le domaine d'Argouges est située aux environs de Bayeux (14) dans la vallée de l'Aure. La demeure, joli manoir du XVIe siècle vaut la peine d'une visite.

Le seigneur d'argouges était un guerrier valeureux qui avait, paraît-il, mis hors de combat un terrible géant. Un jour qu'il était à la chasse il rencontra une compagnie de femmes d'une rare beauté. Une d'entre-elle semblait encore plus jolie que ses compagnes. Le seigneur d'Argouges en devint amoureux et souhaita l'épouser. Cette dame (qui était simplement la fée protectrice du seigneur) accepta sa foi en exigeant cependant un serment : celui de ne jamais prononcer devant elle le mot "mort".

Le mariage célébré en grande pompe et en superbes réjouissances, les époux furent très heureux. Le seigneur respecta son serment jusqu'au jour où, devant se rendre avec sa femme à un tournoi, celle-ci se fit longuement attendre. Quand enfin elle parut, le seigneur lui dit : "Belle dame, vous seriez bonne à aller chercher la mort, car vous êtes bien lente en vos besognes." A ces mots, la fée, jetant un cri terrifiant, disparut en laissant la trace de sa main sur le rebord de la fenêtre de sa chambre. Et la légende ajoute que fort souvent la nuit, vêtue d'une robe blanche, la châtelaine vient rôder autour de l'ancien manoir du seigneur d'Argouges.

Cette plaisante et romanesque légende illustre pour vous les curiosités d'une province qui demande qu'on la fréquente dans l'intimité de ses chemins et de ses villages pour livrer ses charmes véritables.

Article d'Edouard Colin extrait du Guide Touristique de la MAAIF, 1966, Normandie

En complément, vous pouvez consulter :

- Les fées, capables de prodiges, suspectes de méfaits (Chapitre 3 du dossier "Les êtres fantastiques et êtres merveilleux dans la culture traditionnelle")

mais aussi,

L'introduction du dossier : les êtres fantastiques et êtres merveilleux dans la culture traditionnelle

Le chapitre 1 : Loups, brigands et hommes sauvages

Le chapitre 2 : Trèves et revenants - la crainte des morts

Commenter cet article