Le "lapin", passager d'une diligence

Publié le par GOUPIL Stéphane

Sous Louis XV, ce n'était plus en carrosse, mais en coche qu'on voyageait.... 5 jours en été, 6 jours en hiver suffisaient désormais pour arriver de Paris à Lyon (125 lieues) ; cela faisait, dans la belle saison, 25 lieues par jour ; et on trouvait cela si beau que le nom flatteur de diligence fut inventé précisément pour cette voiture, DE FOVILLE, l'Économiste français, dans Journ. offic. 8 oct. 1876, p. 7381, 3e col.

Au XVIIIe siècle, on appelait "lapin" un passager en surnombre qui montait sur le siège à côté d'un cocher d'une diligence, et on voyageait ainsi plus ou moins gratuitement au bon gré de son hôte.

"Sur le devant de cette voiture, il existait une banquette de bois, le siège de Pierrotin, et où pouvaient tenir trois voyageurs, qui, placés là, prennent comme on le sait le nom de lapins. Par certains voyages, Pierrotin y plaçait quatre lapins...", explique Balzac dans Un début dans la vie.

Vous pouvez également consulter d'autres articles dans cette rubrique tels que :

- La puce à l'oreille

- Les matronymes en Normandie

- Noms de lieux normands

- "Le partage noble"

- L'origine des patronymes

Commenter cet article