Avoir la puce à l'oreille

Publié le par GOUPIL Stéphane

Dans ce monde moderne, du moins en Occident, la puce n'a plus la place qu'elle pouvait représenter autrefois. L'habitude s'est perdue de chercher les puces dans son lit avant le coucher, de les écraser sur l'ongle après les avoir capturées d'une main experte. C'est le plus naturellement du monde que le Bourgeois du "Ménagier" au XIVe siècle conseillait à sa jeune épouse : " En esté, gardez-vous que en vostre chambre ni en vostre lir n'ait nulles puces."

Car ces bestioles ont grouillé autrefois à la ville comme à la campagne, dans la bonne comme dans la mauvaise société. On se grattait sous les haillons comme sous les habits de fête.

Les puces nous ont laissé l'expression superbe et autrefois grivoise avoir ou mettre la puce à l'oreille ; éveiller, alerter l'attention d'une personne par un détail en apparence anodin, par une confidence qui trouble sa sérénité en laissant soupconner anguille sous roche, et généralement prévoir un danger.

Cette façon de parler est très ancienne.

Vous pouvez consulter d'autres articles parus dans cette rubrique comme :

- Dans les pas de l'orme, petit essai sur la mythologie de la marche

- Connaissez-vous le nombre PHI, la divine proportion ?

- Le mot druide a une racine sanscrite

- Le terme Païen

- La religion dans la toponymie

Commenter cet article