Noms de lieux normands

Publié le par GOUPIL

Historique

Durant la seconde moitié du IXe siècle, les armées danoises débarquent en Angleterre et s'empare un à un des royaumes anglo-saxons (de 865 à 879). Leur aire d'occupation forme le Danelaw qui s'étendait depuis le Nord de la Tamise (Essex-Suffolk) jusqu'au Yorkshire-Durham. Mais au début du Xe siècle, les Anglo-Saxons reconquièrent le Danelaw, et nombre de Vikings reprennent la mer. Ce sont ces Danois venus d'Angleterre qui après des raids successifs s'établissent majoritairement en Neustrie, sur les territoires concédés en fief sur les rives de la Basse-Seine par le roi Charles le Chauve au chef viking Rollon, à la suite de l'accord verbal conclu à Saint-Clair-sur-Epte en 911. Rollon est alors fait comte (jarl, cf. l'anglais earl) de Rouen (Rudaborg) ; ce n'est que vers 1006 que sera utilisé le titre de duc. Et de tous les établissements plus ou moins éphémères que les Vikings ont installés sur le pourtour maritime de l'Europe, un seul a été promis à une surprenante évolution historique : la Normandie. De ses terres en effet sont partis les hommes compagnons de Guillaume le Conquérant qui ont conquis l'Angleterre, pendant que d'autres, à la même époque, à la suite des fils de Tancrède de Hauteville, étaient à l'origine du royaume de Sicile et de la principauté d'Antioche.

Survivances de l'empreinte norroise(*) dans les noms de lieux normands

(*) Norrois n.m. (angl. north, nord). Langue germanique parlée par les anciens peuples de la scandinavie, et qui est l'ancêtre des langues scandinaves actuelles.

Sur les cartes représentant la Normandie, l'implantation des Vikings paraît recouvrir strictement la zone maritime et un peu l'intérieur des terres (voir carte n°1) ; elle s'avère faible, car basée sur le relevé des noms de communes et d'anciennes paroisses, ce qui limite la portée de la prospection.

L'absence, dans notre région, de vestiges archéologiques et scripturaires témoignant de l'implantation des Viking rend précieux l'apport de l'onomastique (*).

(*) onomastique n.f. (du grec onoma, nom). LINGUISTIQUE Branche de la lexicologie qui étudie l'origine des noms propres.

De l'invasion scandinave - via l'Angleterre - survivent nombre de traces dans l'ensemble des noms normands et celles-ci donnent à la Normandie une physionomie qui lui est propre. Avec eux les conquérants ont apporté un fort contingent de termes issus du vieux danois, alors très proche du vieux norrois parlé par les Norvégiens.

 

dérivés de mots de vieux norrois décrivant des caractéristiques du paysage

 

Racine  norroise

Signification

Exemple en Scandinavie

Exemple en Angleterre

Exemple en Normandie

apal

 

 

 

pommier

 

 

 

Aebeltoft (Danemark)

 

 

 

Appleby (Cumbria)

 

 

 

Aptot (Eure)

 

 

 

bekkr

 

 

 

ruisseau

 

 

 

Kalbaek (Danemark)

 

 

 

Caldbeck (Cumbria)

 

 

 

Caudebec (Seine-Mar.)

 

 

 

breiðr

 

 

 

large

 

 

 

Breiðhatóftir (Islande)

 

 

 

Braithwaite (Cumbria)

 

 

 

Brestot (Eure)

 

 

 

brekka

 

 

 

pente

 

 

 

Laugarbrekka (Islande)

 

 

 

Breck (Lancs)

 

 

 

Bricquebec (Manche)

 

 

 

búð

 

 

 

abris

 

 

 

Búðir (Islande)

 

 

 

Boothby (Cumbria, Lincs)

 

 

 

Elbeuf (Seine-Mar.)

 

 

 

dalr

vallée

Ravndal (Norvège)

Dalby (North Yorkshire) et le fleuve Dales traversant Yks, Derbyshire, Lancs, Cumbria, etc.

Randal (Manche)

djúpr

profond

Djúpidalur (Islande)

Deepdale (Cumbria)

Dieppedale (Seine-Mar.)

eski

frêne

Essetofte (Danemark)

Eastoft (Lincs)

Ectot (Calvados, Manche)

fúll

nauséabond

Fulby (Danemark)

Fulbeck (Lincs)

Foulbec (Eure)

garðr

jardin ou herbage proche d'une ferme

Aeblegården

 

 

 

Applegarth (Yks)

 

 

 

Epegard (Eure)

gata

chemin, rue, passage

Hulgade (Danemark)

 

 

 

Holdgate (Lincs)

 

 

 

Houlgate (Calvados)

 

 

 

haugr

 

 

 

tertre, colline

 

 

 

Højtoft (Danemark)

 

 

 

Hotoft (? Danelaw)

 

 

 

Hottot (Calvados)

 

 

 

holm

 

 

 

îlot; ère sèche dans une zone marécageuse 

 

 

 

Innrihólmur (Islande)

Axeholme (Lincs)

Robehomme (Calvados)

holr

trou ou endroit encaissé

Holbaek (Danemark)

 

 

 

Holbeck (West Yks, North Yks)

 

 

 

Houlbec (Manche, Eure)

hús

maison

Stenhus (Danemark)

Loftus (Cleveland)

Étainhus (Seine-Mar.)

kaldr

froid

Kallekot (Norvège)

Caldbeck (Cumbria)

Caudecotte (Seine-Mar.)

kirkja

église

 

 

 

Kirkeby (Danemark)

 

 

 

Kirkby (West Yks)

 

 

 

Carquebut (Manche)

 

 

 

klif

 

 

 

falaise

 

 

 

Klibo (Danemark)

 

 

 

Cleethorpes (Lincs)

 

 

 

Clitourps (Manche)

 

 

 

langr

 

 

 

long

 

 

 

Langatóftir (Islande)

 

 

 

Langtoft (Lincs)

Lanquetot (Seine-Mar.)

lundr

bois

Lund (Suède)

Lund (Yks)

La Londe (Eure)

mikill

 

 

 

grand

 

 

 

 

 

 

Micklethwaite (West Yks)

 

 

 

Miquetuit (Seine-Mar.)

ness

cap, pointe de terre

Akranes (Islande)

Kettleness (Yks)

Nez de Jobourg (Manche)

sand

sable

Sandvik (Islande)

Sandtoft (Lincs)

Sanvic (Seine-Mar.)

steinn

pierre

Commenter cet article