Vive la pomme !

Publié le par Stéphane GOUPIL

 

La pomme, fruit de l'Arbre de Vie et de la Connaissance est, depuis la nuit des temps, symbole universel de la séduction et de l'offrande, du Bien et du Mal. La pomme, c'est ce fruit d'or de l'immortalité que vola Héraclès au jardin des Hespérides, et aussi ce fruit de la tentation et de la déchéance que croquèrent Adam et Eve au jardin d'Eden. Mais depuis toujours, la pomme est ce fruit chargé de mystère, unique et multiple à la fois, dont bien des artistes tels Cézanne ou Magritte  s'inspirèrent  pour en saisir l'intemporalité.

La pomme aujourd'hui ? Mais c'est la Normandie !

Elle en est la gloire et en possède la saveur. Ainsi que le chantait Lucie Delarue-Maldrus :

" L'odeur du pays était dans une pomme,

" Je l'ai mordue avec les yeux fermés du somme.

" Combien de fois, ainsi, l'automne rousse et verte

" Me vit-elle au milieu du soleil et, debout,

" Manger les yeux fermés la pomme rebondie

" De tes près, copieuse et forte Normandie ? ...

" Ah ! Je ne guérirai jamais de mon Pays ... ".

Elle en est aussi l'ornement quand, au printemps, les pommiers forment des grosses touffes rosées, épanouies, dans le vert tendre des prairies. La pomme serait donc un fruit spécifiquement normand ? L'Histoire ne le prouve pas explicitement. A coup sûr, elle nous viendrait de l'Orient, connue dès l'Antiquité par les Grecs et les Égyptiens. Et ce sont les croisés qui les ramenèrent dans nos régions. On  raconte même que ce sont les Basques de la Biscaye qui en 1573 apportèrent le "sildre" en Normandie et que c'est un certain gentilhomme espagnol Darous de l'Estre, débarquant un jour dans le Cotentin, qui y introduisit du côté de Valognes les meilleures variétés de pommes douces parvenues jusqu'à nous. On sait aussi que le pommier était considéré comme l'arbre sacré par les Druides celtes. Au Moyen Age, la Normandie constitue le principal verger du pays, notamment dans le calme des monastères. C'est à cette époque que l'on constate le développement de cette culture quand le cidre remplace la cervoise. Mais le cidre d'alors, issu de pommiers sauvages, devait être de piètre qualité. C'est donc plus tard, vers le XVIIIE siècle, que la culture du pommier se généralisa et gagna une grande partie de la Bretagne et de la Normandie pour obtenir le cidre mousseux tel que nous le connaissons de nos jours et les pommes joufflues et croquantes sur nos tables.

Sources : article de Alexandre Vernon paru dans Patrimoine Normand.  

Publié dans HISTOIRE : Terroir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

GOUPIL Stéphane 14/03/2006 12:18

Je salue votre initiative. très belle initiative.
Je vais ajouter l'adresse du blog dans les liens.
A bientôt.
Stéphane GOUPIL
 

laurent javault 08/03/2006 23:12

Bonsoir, je serais très heureux de recevoir votre visite sur le tout nouveau blog "Normandie qui es-tu ?" créé à l'occasion d'une étude sur la Normandie.A bientôt, j'espère.