14- Le Molay-Littry

Publié le par Stéphane GOUPIL

Le Molay-Littry est coeur du Bessin, sur des axes routiers importants près de la future autoroute Paris - Cherbourg et de la RN Bayeux - St - Lô, sur la ligne du chemin de fer Paris - Cherbourg ( gare), à 30 minutes de Caen, à 10 minutes de Bayeux.Le Molay-Littry est situé au coeur du Bessin, sur des axes routiers importants près de la future autoroute Paris - Cherbourg et de la RN Bayeux - St - Lô, sur la ligne du chemin de fer Paris - Cherbourg ( gare), à 30 minutes de Caen, à 10 minutes de Bayeux. 

Dans l'état actuel de nos recherches, présence connue de la famille "branche Touzard-Ozanne" de l' année 1760 à 1933.

Population : 2508 habitants. Commune située en bordure de la forêt de Cerisy, entre Isigny sur Mer et Bayeux, ce tranquille petit village du Calvados connut à une époque une intense activité grâce à sa mine de charbon.

Généralités historiques

Au Molay qui sera rattaché au Molay-Littry a vécu une famille célèbre les "Bacon", seigneur du Molay qui ont été source d'inspiration pour des poèmes et ou des légendes.  

Le Marquis de Balleroy, maître de forge et propriétaire d’une puissante forge, cherchait un nouveau combustible pour remplacer le bois devenu rare et coûteux. Un matin de novembre 1741, un de ses ouvriers, parti quérir de la tourbe dans le hameau de Littry, découvrit par hasard une pierre dure et noire, il venait de mettre le pied sur un affleurement de houille. Le premier puit fut ouvert dès 1743 et s’appela « Fosse Le Sauvage n°1 ». En 1744, Louis XV lui accorda à vie une concession de 60 Km de long sur 23 Km de large; mais de mauvais résultats financiers devaient conduire le marquis à céder la concession à un groupe de financiers parisiens qui fondèrent en 1747 la COMPAGNIE DES MINES DE LITTRY. C’est ici que fut employée pour la première fois en 1802 la machine à vapeur d’extraction construite par Périer. La mine se développa et connut des années de prospérité jusqu’à la fin du XIXe siècle où la concurrence du charbon anglais et l’inondation des fosses entraînèrent sa perte en 1880. On avait extrait plus d’1 million 200 mille tonnes de charbon à maréchal et chaufournier de l’ancien bassin. 600 mille autres furent tirées de la fosse de Fumichon entre 1845 et 1880, le dernier des directeurs, M. Tarnier, ne démérita pas par rapport à ses grands prédécesseurs. Seulement, les conditions économiques devenues hostiles ne permirent pas l’ouverture de ce 3e puit prévue à St Martin de Blagny—plus proche de la voie ferrée—et dont la Compagnie avait adoptée le principe de creusement au vu de l’étude de l’ingénieur Vieillard. Aimé OZANNE (branche Touzard-Ozanne) a été une des gueules noires du Bessin. Il a exercé la profession d'ouvrier aux mines de Littry pendant plus de 25 ans (d'une manière certaine de 1844 à 1869). En 1874, juste après la parution de son ouvrage, on avait lancé une voie de reconnaissance, la « voie Galland », parallèlement à la rivière de l’Esque. Mais les projets n’aboutirent pas et en 1880 l’exploitation de la mine s’arrêta définitivement. La mine fut de nouveau exploitée de 1945 à 1950. Le dernier massif prospecté ( 3 millions de tonnes) reste inexploité.  

Architecture civile

Terrassement du château du Molay. Château de la rivière. Ferme de St-Clair. Moulin de Marcy.

Architecture sacrée

Église néo-gothique St-Clair du Molay, consacrée le 29 octobre. Elle a été construite, à partir du 19 mars 1862, en remplacement de l’ancienne église St-Nicolas, convertie en chapelle St-Clair située plus bas dans le cimetière: autel 18e.Eglise de Littry (IMH) : chœur 12e/13e. Chapelle de la Mine 20e : toile représentant Ste Barbe.

Musées

1)       Situé sur l’ancien site minier de Littry, unique bassin houiller de Normandie, le Musée de la Mine **, inauguré en 1902, est l’un des doyens des musées miniers français. Autour de la célèbre pompe à feu des Frères Périer**, unique en France, les collections évoquent l’environnement quotidien des mineurs et l’évolution des techniques d’extraction du XVIIIe s. au milieu du XXe  s., avec notamment la réduction au 1/10 e d’un carreau de mine, maquette animée d’une remarquable précision, présentée à l’Exposition Universelle de Paris en 1900. La reconstitution d’une galerie de mine** vous plongera dans l’univers des « gueules noires » de Littry.

2)       Ferme-moulin composée d’un ensemble de bâtiments ruraux des XVIIIe et XIXe s., le Moulin de Marcy est implanté dans un cadre naturel enchanteur.

Site(s)

Étang de Bel-Air. Forêt de Cerisy*

Ressources et productions

Argiles. Bovins. Fromagerie. Briqueterie. Carreaux de terre cuite.

Vie locale

Marché : jeudi. Marché à l’ancienne : dim. en juil. et août (au Moulin de Marcy). Foire :dernier jeudi mai, 3e jeudi oct. Fête patronale :17/6, 1er dim. d’août; communale : dim. Avant Pentecôte. Cyclotourisme, randonnées pédestres. Associations. sportive. et de musique. Foire à la brocante.  

Sources : www.quid.fr et livre  « origine des noms de villes et des villages de France » MH = monument historique ; IMH = inscrit au MH ; SC = site classé. *: notoire -  **: exceptionnel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article