1861 - Une battue aux loups est organisée près de Louviers

Publié le par GOUPIL Stéphane

battue-aux-loups.jpgM. le marquis de Montalembert avait eu, en 1861, l'occasion de diriger une battue aux loups dans la forêt de Bord. 
Un
e louve, accompagnée d'un grand loup, était venue établir son liteau dans les parages de Criquebeuf ; leur présence se manifesta d'une façon soudaine. Pendant la nuit du 4 au 5 juillet, plusieurs loups attaquèrent le troupeau de M. Micaux, fermier à Blaquetuit, commune de Montaure. Les moutons étaient parqués sur le chemin de Montaure aux Fosses; vingt-et-un furent étranglés, et le reste du troupeau se trouva disséminé dans la campagne. 
A cette nouvelle, M. de Montalembert envoya immédiatement ses hommes en forêt pour reconnaître la demeure des loups ; le mauvais temps, presque continuel, et l'état de la plaine couverte de récoltes rendaient cette opération très difficile ; mais tout portait à croire qu'ils faisaient leur fort dans les sapins de Criquebeuf, près du Rond-de-Bord. 
Une battue fut ordonnée pour le 25 juillet : rendez-vous au carrefour Sainte-Anne, route de Tostes, à neuf heures du matin. M. le sous-préfet avait prié les maires des communes limitrophes de la forêt de réunir le plus de monde qu'ils pourraient. 
« Malgré les travaux urgents de la campagne, lisons-nous dans le Publicateur de Louviers du 31 juillet, les populations ont eu à coeur de répondre à cet appel, et les chasseurs se trouvaient en assez grand nombre pour qu'il devint impossible à aucun loup de sortir de l'enceinte sans être vu. « M. Lemaire, sous-inspecteur des forêts, et M. le marquis de Montalembert, lieutenant de louveterie, avaient pris toutes les dispositions nécessaires pour assurer le silence sur la ligne des tireurs postés par leur soin. 
« Le héros de la chasse a été M. Béranger, de Saint-Pierre-les-Elbeuf. Il a tué le premier loup (louveteau). Une demi-heure après, un second est mis en joue par deux tireurs ; l'animal, déviant de sa route, passe à M.Béranger qui le tire : blessé grièvement, il est achevé par le garde forestier Aubry, 
" M. Boulenger, de Louviers, a atteint un troisième loup qui a disparu, mais a été trouvé mort le lendemain. Un quatrième, que sa forte taille a fait supposer être le père ou la mère, a été tiré et blessé. Enfin, M. Gustave Dufossé, de Saint-Cyr-du-Vaudreuil, en avait tiré un autre en arrivant au rendez-vous ; le croyant mort, il se disposait à aller le relever, mais l'animal, qui s'était rasé probablement, s'est enfui rapidement à son approche. »


Extrait de " Sangliers dans l'arrondissement de Louviers et les vautraits. Forêts, louveterie, équipages chasse"

Auteur : Petit, Paul (01)

Éditeur : impr. de C. Hérissey (Évreux)

Dte d'édition : 1881


Commenter cet article