L'édit de louis XIV pour blanchir les cacous

Publié le par GOUPIL Stéphane

En complément de l'article déjà publié "les Coplo, cordiers de père en fils", voici les commentaires de Jean-Baptiste Le Halper :

"L'édit de louis XIV blanchit les cacous, en 1683. C'est à partir de cette époque que les cacous furent admis au fond de l'église et debout pour assister à la messe. Les cacous avaient leur propre chapelle. Ils ont aussi le droit d'enterrer les morts dans le cimetière paroissial. Malheureusement ceux-ci étaient déterrés pendant la nuit et ramenés à l'entrée de leur village. Encore au début du XXème siècle des parents demandaient à leurs enfants de ne pas sassoir sur la même table que les enfants de cacous et, de ne pas s'amuser avec eux en récréation. Suite à l'édit royal, il était même demandé a des cordiers le solde de leur rachat (Faouet). Ceux- ci ont fait l 'objet d'un recours. Les villages se sont manisfestés à cette époque contre cet édit. La milice est intervenu dans plusieurs cas et même l'armée. Au milieu de XIVème siècle des juifs s'étaient refugiés chez ces caqueux, pour ne pas subir les contraintes de cette époque. Nous avons aussi des jeunes filles qui allaient accouchés afin de mettre des enfants au monde dans de bonne condition. Il ne faut pas oublier que ces dits lépreux étaient très organisés. Ils avaient leurs sages femmes, leurs guérisseurs, leur propre justice.". 

Vous pouvez consulter en complément  le site Imago Mundi et l'article "les cagots"
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article