"Les blessures de l’âme" d'Eric Viot

Publié le par GOUPIL Stéphane

Eric Viot est en séance de DEDICACE le SAMEDI 22 MARS de 10 heures à 12 heures à la maison de la presse de BRECEY :
 
Son dernier livre : « Les blessures de l’âme »,  édité par la société des écrivains. 
 
 
Biographie auteur :
Eric Viot, Manceau de 43 ans, est originaire de Saint Hilaire du Harcouët (50) membre d’une association de recherches et études historiques sur la vie des Bretons pendant la grande guerre, passionné par cette période et en particulier par le quotidien des Poilus pendant ce conflit. 
Résumé du livre :
Eté 1914, instituteur dans un petit village de province, il prépare son départ pour la guerre. Il passera quatre ans dans cet enfer à voir mourir de pauvres types. Quatre longues années pendant lesquelles lentement il va sombrer, cherchant le réconfort dans l’alcool. Contrairement à Georges, son corps ne porte pas les traces de ses blessures ; lui, c’est son âme qui a été meurtrie. Ni sa femme Lucie, ni son fils Jean, ni ses chères petites têtes blondes, ne pourront lui faire oublier, Soreau, Milcent, Bersod, Minard, André, François et bien d’autres camarades, morts à cause de cette guerre ...
 


Vous trouverez ci-dessous une présentation par lui-même de son travail sur la première guerre mondiale.
 
 
 
PRESENTATION :


« Je suis membre d’une association de recherches et études historiques sur la vie des Bretons pendant la grande guerre ; je suis passionné par cette période et en particulier par le quotidien des Poilus pendant ce conflit.

En 2004, je publie un premier livre « Soldats Manceaux pendant la grande guerre » qui est un monument de papier à la mémoire des centaines de Manceaux morts pendant la grande guerre. Cet ouvrage est le fruit de nombreuses années de recherche.

****


Les « Les blessures de l’âme », est à mi-chemin entre le roman et le journal intime, présente le quotidien d’un instituteur pacifiste engagé dans cette « boucherie » que fut la première guerre mondiale et qui, blessé dans son âme, ne sera plus jamais le même. D’une lecture aisée, il se veut accessible au plus grand nombre et prend racine dans une documentation solide et manifeste sur ce conflit ».

****

« J’ai voulu aborder dans ce roman des sujets qui me révoltent et mettre en avant le fait que bien souvent des vies auraient pu être épargnées.

Nos généraux ont consommé sans modération dans des offensives suicidaires, des milliers d’hommes sont morts sur le terrain par manque de soins, d’autres ont été exécutés juste pour l’exemple ?

Le débat concernant les « mutins » de 1917 et plus largement les fusillés pour l’exemple oppose toujours la classe politique. L’Angleterre veut réhabiliter l’ensemble de ses soldats victimes de ces tribunaux improvisés.


Au travers de cet ouvrage, on croise des hommes victimes de ces parodies de procès, bien souvent des hommes courageux qui un moment donné ont dit non à la folie d’une poignée de généraux aussi avides de promotions que désintéressés quant à la survie de leurs hommes.


Ce n’est pas la « grande » histoire, celle des grandes batailles, de Nivelle, Foch, Joffre, Pétain ou d’autres personnages illustres qui me passionne, non, c’est celle de Georges, François, Arsène et tous leurs camarades qui alimentent les listes gravées dans la pierre des monuments aux morts.

Ce sont ces ouvriers ou paysans qui sont morts loin de chez eux et pour un grand nombre, l’ennemi n’est pas l’unique responsable de leurs disparitions ?


Vous pouvez consulter le site de la FNAC pour avoir des avis d'internautes sur ce livre.

Commenter cet article