Le patronyme Aux EPAULES

Publié le par GOUPIL Stéphane

Dans notre généalogie nous avons des ancêtres AUXEPAULES (ou Aux EPAULES) [branche Coplo du début 18ème siècle] à Saint Sylvain (14), proche de Caen.

L'étude ci après montre que l'origine du Patronyme si situe à Sainte Marie du Mont, qui n'est séparée du Calvados que par le bras de mer appelé le Grand-Vey).

Bien sûr, Saint Sylvain (14) est à 100 km environ de Sainte Marie du Mont (50), donc rien nous prouve pour l'instant un quelconque rattachement aux Aux EPAULES du Vey, mais ce patronyme est tout de même très spécifique de la Manche. Alors, il faut continuer les recherches qui nous permettrons peut-être de nous rattacher à cette branche de la Manche. 

familles-m--di--vales-normandes.jpg

« Les Aux-Epaules sont une des 22 familles qui ont eu une très grande influence sur l'histoire de la Normandie ».

source : Familles Médiévales Normandes, Paul Leportier









Origine du patronyme
:

VIEUL " SCHE SULKEN ", nom danois ou vieux germanique, qui signifie AUX EPAULES. Sans doute avait-il les épaules trés larges. Vers l'an 900, les vikings avaient depuis bien longtemps visité les plages et les estuaires des côtes des mers du Nord et de la Manche. Mais cette année là fut marquée par l'incursion dans le Nord de celui qui devint plus tard ROLLON, duc de Normandie . Mais sur la côte Est du Cotentin, une flotille de drakkars s'avançaient en cette même année. Elle fut prise dans la tempête à quelques encâblures de la plage et sans doute aussi déportée du lieu où Vieul avait décidé de jeter sa troupe (au Grand Vey). Le chef viking jura de se faire chrétien si le salut lui était accordé ainsi qu'à tous les siens. Nous savons qu'il en füt de même pour d'autres vikings en Irlande par exemple.

Son serment fut accepté et les drakkars vinrent échouer dans le Vey. l'actuelle chapelle de la Madeleine, proche de la plage n'est pas celle qu'il fit bâtir pour y être baptisé. Mais il y a des vestiges trés anciens dans le petit cimetière qui l'entoure. Serait-ce ceux de cette antique chapelle ?

A l'époque de Charles VII, cette famille se nommait en latin de Humeris ou ad Hemeros, ou de Scapulis ; en Français, des Humères, des Epaules, et plus constamment Aux-Espaules.


En continuant mes recherches, j'ai trouvé dans les Mémoires des antiquaires de Normandie... voici l'extrait de « Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie » (p; 312, 313...)


  1. Sainte-Marie-du-Mont. La grande et riche paroisse de Sainte-Marie-du-Mont, qui n'est séparée du Calvados que par le bras de mer appelé le Grand-Vay, fut jadis le siège d'une cour de justine dépendant du bailliage de Saint-Sauveur-le-Vicomte. Elle a eu, depuis le temps des ducs de Normandie jusqu'au commencement du XVIIe. Siècle, des seigneurs dont le nom était Aux-Epaules (ad humeros).


On dit qu'un deux d'eux suivit le duc Guillaume à la conquête. Je n'ai trouvé son nom sur aucun catalogue de cette expédition. Il est possible qu'il y ait porté un nom différent ; mais cette supposition, qui peut tout au plus servir à faire faire de nouvelles recherches, n'est probablement guère fondée ; car, à une époque très-rapprochée de la conquête, un Aux-Epaules se trouvait à la croisade (1096 – 1107) avec le duc Robert Courteheuze (un certain Guillaume Aux-Epaules participa à la 1ère Croisade)

Guillaume Aux-Epaules fut nommé abbé de Troarn en 1320 (1). 

En 1465, le seigneur de Sainte-Marie s'appelait  Richard AuxEpaules. (voir également la généalogie) Montfaoucq lui donne les titres de Messire et de Chevalier, titres qu'il n'a pas prodigués dans sa recherche (2).

Dans le siècle suivant, les Aux-Epaules furent des premiers qui se firent protestants. Ils devinrent les chefs du parti des Huguenots dans le Cotentin. Henri Robert, qui vivait en 1600, assista à la conférence tenue à Fontainebleau, entre Duplessis-Mornay et du Perron : ce dernier eut tout l'avantage, au rapport même d'un grand homme de son parti (3). Sainte-Marie se fit catholique ; et qui, sous le régime de la terreur, fut la maison de détention du district de Crentan : ce château avait deux aîles ou pavillons fort alongés. On a conservé, à Sainte-Marie-du-Mont, la mémoire d'un mot de Henri IV, qui avait demandé à voir le plan de ce château. En voyant ces deux corps alongés, il dit au seigneur de Sainte-Marie : Ventre-saint-gris, mon cousin, cela ressemble à une paire de haut-de-chausses.

Vous êtes peut-être surpris de voir ici figurer Robert aux Epaules, comme cousin de Henri IV. Je sais que les Aux-Epaules avaient des alliances dans la famille royale, amis la famille royale, mais il me semble plus probable que son titre de capitaine de cinquante hommes d'armes de la garde du roi, lui donnait quelques droits à cet honneur ; mais ceci est étranger à mon sujet.

Henri Robert-aux-Epaules avait, dans l'église de Sainte-Marie-du-Mont, un très beau monument, surmonté de sa statue à genoux, en marbre blanc. M. Frigoult de Liesville possède cette belle statue, qu'il a arrachée à la fureur révolutionnaire.En conservant, non sans danger, ce monument précieux, il a acquis des droits à la reconnaissance des amis de leur pays et des beaux arts. La statue est un morceau de main de maître et d'une époque où il existait en France des sculteurs distingués. L'épitaphe, qui est également conservée, nous apprend que Henri-Robert-aux-Epaules, outre sa place de   des basses-cours.

Les armes des Aux-Epaules étaient d'or à la fleur de lis de gueules remplissant tout l'écu.

1)Gall; Christ., tome XI, col. 418
2) Recherche imprimée par l'Abbé de Laroque, p. 74.
3) Le duc de Sully. V. ses Mémoires par L. D. L. C.


En complément, vous pouvez consulter l'article qui était paru dans la Revue Généalogique Normande, la monographie de « la famille AUX EPAULES »( par Emile d'AGON de LACONTRIE )

Commenter cet article