1560-1660 transformation des campagnes

Publié le par GOUPIL Stéphane

Dans un article lu, l’historien des campagnes bourguignonnes, Pierre de Saint-Jacob, écrivait : « Il paraît bien que le siècle décisif dans la transformation des campagnes françaises au cours de l’Ancien Régime ait été celui qui couvre la période des troubles, de 1560-1660 soit de l’ouverture des guerres de religion à la fin de la Fronde. » Ce sont les étapes de la lente et progressive dégradation de la condition paysanne, du milieu du XVIe siècle à la fin du règne du Grand Roi. Comment est-on passé des joyeux paysans décrits par Noël du Fail dans ses Propos rustiques en 1547 ou par le sire de Gouberville dans son Journal au trop célèbres « animaux farouches » de la Bruyère, dont la triste misère est confirmée par tant de témoignages ? La réponse à cette question n’est pas simple. Et surtout elle n’est pas unique car les causes s’entremêlent et s’influencent réciproquement. Les caprices de la nature, les folies des hommes, l’état des techniques, le niveau de peuplement, les exigences de ce « monstre froid » qu’est l’Etat moderne, autant de facteurs parmi d’autres, et celui qui importe le plus : le poids des conformismes résignés. 

Vous pouvez consulter d'autres articles paru dans cette rubrique "la vie dans les campagnes" :
- Les communautés taisibles
- Le Mardi gras des souleurs
- Vies et survies en monde rural
- Modèle de délibération de la fabrique de Remilly sur Lozon (50)
- Petits paysans ou "coqs de village : les laboureurs dans la société 
- La société paysanne
- Les petits moulins du bout du monde
- Du moulin au "petit-pied" au moulin "grosse-tête"
- Tradition - Maison de terre
- La frairie
- La gabarre
- L'agriculture au XVIIIème siècle


Commenter cet article

Jehanne 26/10/2007 14:19

riche et complet, un bon moment de lecture, merci !