Jacques BEAUCOUSIN, maître panetier

Publié le par GOUPIL Stéphane


  • signature-Jacques-BEAUCOUSIN.jpgJ
    acques BEAUCOUSIN (notre soza n° 742 génération 10 – branche Van Glabecke) voit le jour le mardi 10 septembre 1715 à Amfreville-la-Mi-Voie (76005). Il est le fils légitime de Jacques BEAUCOUSIN, âgé de 34 ans environ et de Madeleine SAILLANT, âgée de 27 ans.
      

  • A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Pierre (né en 1708), Marguerite (née en 1710), Marie Anne (née en 1712), Madeleine (née en 1714). Jacques sera maitre panetier.jpgpannetier (*).

     



  • Il s'unit avec :Marie Marguerite LE RAT, la fille légitime d'Abraham LE RAT et de Marguerite GAMBLIN. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mardi 2 août 1746 à Amfreville-la-Mi-Voie (76005).
     

    Son père Jacques meurt le 21 avril 1751, Jacques est âgé de 35 ans.

     

  • Il s'unit avec Anne Thérèse MONNOIS, la fille légitime d'Adrien MONNOIS et d'Anne LEMOINE. Ce couple aura six enfants : - Marie Magdeleine née en 1755. - Henriette Perpetue née en 1757. - Jean Jacques Nicolas né en 1759. - Anne Thérèse née en 1761. (soza n°371 – génération 9) - Marie Henriette Scholastique née en 1765. - Jacques Romain né en 1768. Ils se marient le jeudi 21 février 1754 à ? Amfreville-la-Mi-Voie (76005). Le 31 mars 1755 naît sa fille Marie. Jacques est âgé de 39 ans. Le 14 octobre 1757 naît sa fille Henriette. Jacques est âgé de 42 ans. Le 22 juin 1759 naît son fils Jean. Jacques est âgé de 43 ans. Le 19 avril 1761 naît sa fille Anne. Jacques est âgé de 45 ans. Le 1 avril 1765 naît sa fille Marie. Jacques est âgé de 49 ans. Le 19 janvier 1768 naît son fils Jacques. Jacques est âgé de 52 ans. Sa mère Madeleine meurt le 19 mai 1772, Jacques est âgé de 56 ans. Le 24 octobre 1780 sa fille Henriette meurt, Jacques est âgé de 65 ans. Le 18 octobre 1783 son épouse Anne meurt, Jacques est âgé de 68 ans.

     

  • Il s'unit avec Catherine GAILLARD, la fille légitime de parents non connus. Il n'y a pas d'enfants connus pour ce couple. Ils se marient le mardi 23 novembre 1784 à Amfreville-la-Mi-Voie (76005). Sont présents : Lambert Joseph GIBON (Témoin), Jean Robert BEAUCOUSIN (Témoin), Jean Jacques Nicolas BEAUCOUSIN (Témoin), Jacques Romain BEAUCOUSIN (Témoin). Jacques BEAUCOUSIN est décédé le samedi 10 mars 1798, à l'âge de 82 ans, à ? Amfreville-la-Mi-Voie (76005). (20 ventose an VI).


Il a donc exercé la profession de maître pannetier (panetier).


Une étude éthymologique nous incite à penser que le mot panetier (ou également dans les archives « talmelier » est issu du verbe paneter , faire du pain. Au départ, les panetiers n'étaient pas propriétaires de leur four. Ils devaient cuire le pain dans le four banal, propriété du seigneur laïc ou ecclésiastique. C'est seulement vers 1300, qu'ils obtiennent l'autorisation de posséder leurs propres fours.


Il existait diverses catégories de boulanger (ce terme en référence aux petites boules confectionnées), n'apparaît qu'à la fin du 12e siècle. Ceux demeurant sur le territoire royal étaient appelés maîtres et « haubaniers ». Ils pouvaient exercer leur profession à condition d'acheter au Roi la maîtrise et de payer le hauban, d'où le nom de haubanier. Cet impôt était payé le 11 novembre, jour de la Saint Martin.

L'autre catégorie de boulangers, c'est-à-dire ceux vivant sur les territoires signeuriales, était exempte du hauban mais était soumise au « tonlieu » ou impôt à la vente payable chaque semaine. La « coutume », un autre impôt, était cependant acquittée par l'ensemble de la profession. On la réglait en trois fois : à Noël, à Pâques et à la Saint Jean. Le maître panetier, qui souhaitait quitter les terres du Roi, perdait par la même occasion sa maîtrise. La notion de territorialité était donc très forte à l'époque.

Avant de se présenter à la maîtrise, le jeune boulanger devait avoir effectué au moins cinq ans d'apprentissage en tant que mitron. Ensuite le compagnon boulanger faisait un stage de quatre ans. Une fois par an, les gens de métier se réunissaient pour la réception de nouveaux maîtres dans la communauté.

En complément :

Selon le Dictionnaire Universel Furetière, Antoine 1695 :

Panetier : Officier qui a soin du pain. « Le Grand Panetier de France étoit celuy qui avoit la police du pain & la juridiction sur tous les Boulangers & Meuniers de France. Aujourd'huy il y a plusieurs petits offices de Panetiers chez le Roy, qui ont soin de faire la provision & la distribution du pain aux Officiers. Le Grands Panetier étoit autre fois un des Officiers de la Maison du Roy qui recevoit les Maistres Boulangers, qui avoit sur eux droit de visite & de confiscations ; ce qui a été retabli depuis peu d'années, y ayant maintenant une Chambre & Juridiction dans l'enclos du Palais, qu'on appelle la Paneterie.

Selon le Dictionnaire de L'Académie française, 1st Edition (1694) :

Maistre, Se dit encore, de celuy qui ayant esté apprentif, est receu avec les formes ordinaires dans quelque Corps de mestier. Maistre Cordonnier. maistre Tailleur. maistre Maçon. maistre Charron. il n'est pas maistre. il est passé maistre. les apprentifs ne sont pas maistres. il est fils de maistre.
On dit prov. Qui a compagnon a maistre.

Le Dictionnaire de la langue française le Littré, du nom de son principal auteur Émile Littré, est un dictionnaire de langue française et voici ce qu'il relate :

L'ancien verbe paneter, faire le pain, du latin panis, pain ; provenç. Paneter, panetier ;

Maître : qualification donnée à des artisans qui emploient ou dirigent différents ouvriers, qui ont des ateliers, etc...

 

Vous pouvez consulter d'autres articles consacrés aux "métiers de nos ancêtres" comme :

- Aimé OZANNE, ouvrier aux mines de Littry (14)

- MORICET, père et fils, meunier à Percy (50)

- Michel LABARBE, vannier à Remilly sur Lozon (50)

- LES COPLO, cordier de père en fils dans le Cambrésis (59 et 62)

- FONTAINE Louis, marchand de bestiaux à Pleslin (22)

- MONGREDIEN Jacques, marneron

- Les FABRICANTS DE ROUENNERIE

- MESNIL Louis Casimir, sonneur journalier en l'église d'Amfreville la Campagne (27)

- Marie Rose GARNIER, carapaçonnière à St Sylvain (14)

 

Commenter cet article